Le Blog des Soft Skills

Enrichir ses compétences humaines, émotionnelles et cognitives

Storytelling en formation : racontez des histoires pour engager les apprenants

Bon à savoir

17 janvier 2019

De tous temps, l’être humain a été captivé par les histoires, à commencer par les mythes fondateurs des grandes civilisations. Combien de formidables conteurs entraînant leur audience très loin dans l’imaginaire ? Aujourd’hui, le storytelling en formation suscite l’intérêt tout en aiguisant les curiosités. Quels sont les atouts de ces techniques narratives et comment les mettre au service de l’apprentissage ?

 

Il était une fois… une humanité friande de storytelling appliqué à différents contextes

Pourquoi Platon raconte-t-il la vie et l’enseignement de Socrate ? Comment le cinéma réussit-il à partager des histoires avec le plus grand nombre ?

S’il dispose d’un talent inégalable de conteur, l’être humain fait aussi preuve d’un goût immodéré pour les récits. De la transmission orale aux livres et aux films voire à certaines expositions, le storytelling ou l’art de raconter des histoires vient aiguiser l’intérêt de l’audience pour remporter son adhésion [1]. Sa vocation est alors exclusivement de distraire.

Qu’en est-il en formation ?

« Dans ce contexte, l’objectif du storytelling est de permettre à l’apprenant d’assimiler un contenu de formation plus ou moins complexe de façon simple et quasi intuitive. L’ambition est exclusivement pédagogique, indique Lionel Clément, CEO et fondateur de l’agence marketing Adopte Ta Com et du site storytelling.fr [2] ». Le storytelling doit donner du sens et s’appuyer sur différents ressorts dramatiques pour faciliter l’apprentissage en permettant d’actionner plusieurs leviers clés.

Selon Sophie Machot, auteure de Cultivez votre bonheur aux éditions Eyrolles, formatrice en efficacité personnelle et professionnelle chez docendi [3], « le storytelling, c’est l’art de communiquer et de transmettre des compétences, des connaissances, en incarnant cette transmission ».

 

1er épisode : structurer un parcours de formation via un fil rouge

En formation présentielle ou distancielle, il est difficile de capter l’attention des apprenants si l’on se contente d’être factuel, didactique, rationnel. Certains participants peuvent avoir été inscrits à un module qu’ils n’avaient pas choisi, d’autres, ressentir une appréhension en raison de mauvais souvenirs scolaires, etc. Il s’agit donc de mettre en œuvre une stratégie d’apprentissage.

Le storytelling y participe en déroulant un fil rouge qui va structurer tout le parcours pédagogique. L’idée est de susciter le désir, de provoquer des émotions en racontant, en imageant, en inventant. Ainsi sollicités, nos sens et notre intelligence émotionnelle fonctionnent de concert avec la pensée rationnelle.

  • Résultat : « L’infusion de l’information, sa mémorisation et sa mobilisation par les participants sont décuplées, explique Sophie Machot. »
  • On est loin du simple ajout « d’une surcouche ludique, pseudo narrative, pour rendre un contenu pédagogique plus digeste », souligne Lionel Clément.

Les modules de formation tels qu’ils sont conçus s’avèrent souvent éloignés des problématiques réelles de l’apprenant. L’idée est donc de partir de la propre histoire du participant – les obstacles qu’il peut rencontrer dans l’acquisition d’une pratique ou d’une compétence – pour concevoir un storytelling de formation.

Exemple : les formations aux techniques de vente portent entre autres sur la proposition d’un achat complémentaire. « Ce qu’il est capital d’aborder à cet égard, ce n’est pas comment je propose un produit complémentaire à la suite d’un premier acte d’achat mais comment je mobilise ou développe mes savoir-être pour oser aller vers le client et lui faire cette proposition. »

  • Avec le storytelling, on prend en compte ces aspects très inconscients inhérents à la mise en œuvre du contenu de formation.
  • On segmente ensuite ce contenu en fonction des difficultés.
  • On intègre le contenu pédagogique dans les différentes étapes d’acquisition.
  • On scénarise ces étapes en y instillant du ludique, de l’émotion, etc.

 

2e épisode : élaborer son storytelling de formation autour de l’apprenant

Il s’agit de respecter certaines règles.

  • L’objectif de la formation doit être clair et les points essentiels à intégrer, bien déterminés.
  • On cherche à connaître l’apprenant et son histoire en utilisant un outil comme la carte d’empathie – l’un des outils du design thinking.

Cela suppose de s’intéresser aux émotions ressenties par l’audience vis-à-vis de l’acquisition de compétence. « Si les participants entendent dans leur entourage que telle compétence n’a aucune utilité professionnelle, ils vont développer une résistance plus ou moins consciente et l’acquisition deviendra beaucoup plus complexe, relève Lionel Clément ».

Le schéma narratif comporte ensuite ->

  • une situation initiale – un contexte ;
  • un élément perturbateur venant déstabiliser la situation initiale – pour accrocherl’audience et créer une forme de suspense ;
  • des facteurs de résolution qui contrecarrent l’élément perturbateur ;
  • une situation finale – l’objectif que l’on souhaite faire atteindre à l’apprenant.

En termes de procédés, il est conseillé de recourir fréquemment à la métaphore et à l’analogie. La visualisation de l’information est extrêmement efficace, notamment parce qu’elle permet de faire ressortir l’essentiel.

 

3e épisode : faire vivre une expérience marquante aux apprenants

Adossée aux neurosciences, la neuro-pédagogie révèle toute l’importance des émotions en matière d’apprentissage. Notre état émotionnel va favoriser l’envie d’apprendre, ou non. A contrario, un excès de stress ou de fatigue limite nos capacités d’attention et de mémorisation.

Raconter une histoire suscite « naturellement » des émotions ; en matière de formation, elles activent chez le participant un besoin d’identification. « L’apprentissage va ainsi pouvoir s’ancrer chez les participants, indique Sophie Machot. »

  • Le storytelling permet de capter l’attention au-delà de l’intérêt porté au contenu lui-même, l’implication du formateur étant décisive.
  • L’engagement se crée grâce aux ressorts dramatiques du récit, qui varient, stimulant les fonctions cérébrales faites pour réagir à l’imprévu.
  • La mémorisation est simplifiée par les liens établis entre les éléments structurants du storytelling – ce sont eux qui donnent du sens. On sait désormais que les éléments liés entre eux par la narration sont plus faciles à retenir que lorsqu’ils sont isolés.

Happé par l’histoire, l’apprenant l’est aussi par le contenu de formation.

 

4e épisode : personnaliser le contenu pédagogique grâce au storytelling pour créer un lien pluridimensionnel

La capacité à créer du lien via la narration – entre le formateur et les apprenants ainsi qu’au sein du groupe lui-même – est ce qui différencie un apprentissage expérientiel d’un apprentissage linéaire. Or l’émotion et le souvenir des moments vécus lors de la formation vont favoriser la rétention à long terme des connaissances et compétences.

Un équilibre doit toutefois être établi entre le fait d’amener des éléments concrets issus du parcours du formateur et celui de laisser les apprenants découvrir leur rapport personnel au contenu de formation, pour être ensuite en mesure de mobiliser leurs acquis.

En termes de storytelling, l’authenticité est un maître-mot : un formateur congruent avec ce qu’il transmet va doter son storytelling d’un maximum de force et générer de l’enthousiasme.

 

Permettant de structurer les parcours pédagogiques, le storytelling en formation stimule l’attention des apprenants, crée chez eux de l’émotion et les engage dans leur formation comme ils le feraient « dans la vraie vie ». Reste aux ingénieurs pédagogiques à exploiter pleinement son potentiel. Il était une fois… la formidable aventure de l’apprenance et de sa facilitation !

 

[1] Le storytelling est un outil très prisé du marketing, de la communication, de la publicité. Les femmes et hommes politiques y recourent ainsi que les dirigeants d’entreprises, via le personal branding. Son utilisation est à ce titre beaucoup plus limitée qu’elle ne l’est en formation.
[2] Expert en marketing digital et en storytelling, Lionel Clément est également à la tête de l’organisme de formation Boost Your Story.
[3] Coach certifiée, Sophie Machot a fondé NewCoach en 2008 (coaching, formations, conférences). Elle anime régulièrement des formations docendi et a publié deux ouvrages aux éditions Eyrolles.
docendi

Author: docendi

Organisme de formation certifié OPQF, docendi propose, depuis sa création en 2000, une formule pédagogique multimodale novatrice alliant présentiel et accompagnement digital avant et après formation.
Cette pédagogie interactive et personnalisée est particulièrement efficiente pour le développement des soft skills : management, développement de soi, communication interpersonnelle et efficacité professionnelle.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Merci, vous êtres bien inscrit à la Neswletter de docendi