Le Blog des Soft Skills

Enrichir ses compétences humaines, émotionnelles et cognitives

Les réseaux de femmes pour pulvériser le plafond de verre et les complexes : on en parle !

Ça bouge !

30 octobre 2018

Alors qu’elles intégraient rarement des réseaux il y a dix ou quinze ans, les femmes multiplient aujourd’hui les initiatives de connexion, d’échanges et d’accompagnement entre consoeurs. L’objectif des réseaux de femmes ? Doter leurs membres d’un maximum d’atouts dans leurs parcours professionnels.

 

Quelle que soit leur nature, les réseaux de femmes se multiplient

Dans leur ouvrage publié en juin 2018 aux éditions Eyrolles [1], Emmanuelle Gagliardi et Carole Michelon ne recensent pas moins de 500 réseaux de femmes ! Il peut s’agir [2] :

  • De réseaux de grandes écoles ou d’universités, comme HEC au féminin ou le club Dauphine au féminin;
  • De réseaux par secteurs ou professions, dans le domaine du digital (StartHer) ou du nucléaire par exemple, ou bien destinés aux avocates, aux ingénieures, etc. ;
  • De réseaux transversaux accueillant tout type de professionnelles, comme Professional Women’s Network – PWN, un réseau international présent dans 13 pays ;
  • De réseaux d’entrepreneures tels Action’elles (créé en 1994) ou Bouge ta boîte;
  • De réseaux internes dans les grands groupes – citons SNCF au féminin ou Les Elles (BPCE).

Ce networking féminin [3] propose des rencontres informelles, du mentoring [4], des ateliers, événements ou débats, une sensibilisation des jeunes filles à certains métiers ou secteurs, ou encore des remises de prix. L’approche de ces réseaux exclut toute confrontation hommes/femmes.

 

Les réseaux de femmes, pour quoi faire ?

Ces réseaux ont plusieurs vocations.

  • Les réseaux d’école se consacrent au partage de connaissances et aux conseils métier ou carrière.
  • Les réseaux professionnels dispensent une aide juridique, des conseils métier ou carrière également, tout comme les réseaux sectoriels qui permettent de rester en veille sur un domaine.
  • Les réseaux d’entrepreneures aident à développer une activité par la rencontre de partenaires ou clients et donnent des astuces pour convaincre un investisseur potentiel ou sa banque, par exemple.
  • Les réseaux internes de grands groupes accompagnent les femmes dans leur empowerment en leur permettant, notamment, de décrypter certains codes de l’entreprise.

La notion d’empowerment inclut plusieurs dimensions : le désir d’être soi ; la mobilisation de toutes les énergies pour agir sur le monde, dans un sens favorable à ses intérêts ; la reconnaissance en communauté agissante.

Les réseaux de femmes recourent à la solidarité comme levier de progression, dans un climat de confiance et de bienveillance. Leurs membres sont encouragées à développer leurs soft skills via un travail sur la connaissance de soi. Au-delà des freins externes à l’accès des femmes aux fonctions dirigeantes ou à l’égalité salariale, certaines croyances limitantes interfèrent en effet dans leur progression. Exemple : les femmes attendent souvent une promotion par leur seul mérite et omettent tout simplement de la solliciter !

L’idée est donc de déployer un leadership « au féminin » alliant les compétences socio-émotionnelles et un charisme individuel auquel les réseaux de femmes donneront davantage d’impact via l’échange de bonnes pratiques et le faire savoir.

 

[1] 500 réseaux de femmes est une édition réactualisée de Réseaux au féminin, paru en 2013. Les auteures, Emmanuelle Gagliardi et Carole Michelon, ont cofondé Connecting Women, une agence de conseils et d’événementiels sur la mixité et la réussite au féminin.
[2] Ces exemples ne visent pas l’exhaustivité.
[3] L’accès à ces réseaux de femmes se fait par simple inscription, sur dossier ou par cooptation. Les tarifs oscillent entre 50 et 200€ environ.
[4] Le mentoring associe une personne d’expérience ou qualifiée (le mentor) et une personne qui souhaite progresser dans un domaine ou affiner ses compétences (le mentoré). Le transfert de savoirs (savoir-faire et savoir être) est clé, ainsi que la bienveillance et la confiance instaurées entre partenaires.
docendi

Author: docendi

Organisme de formation certifié OPQF, docendi propose, depuis sa création en 2000, une formule pédagogique multimodale novatrice alliant présentiel et accompagnement digital avant et après formation.
Cette pédagogie interactive et personnalisée est particulièrement efficiente pour le développement des soft skills : management, développement de soi, communication interpersonnelle et efficacité professionnelle.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Merci, vous êtres bien inscrit à la Neswletter de docendi