Le Blog des Soft Skills

Enrichir ses compétences humaines, émotionnelles et cognitives

Processus de recrutement : des jeux vidéo pour détecter les soft skills

Ça bouge !

25 juillet 2019

Les soft skills jouent un rôle clé dans les processus de recrutement, comme en témoignent de nombreuses ressources sur le sujet. Pour les recruteurs, l’identification de ces compétences reste toutefois délicate. Et si le recours aux jeux vidéo, plus précisément aux cognitive games, leur facilitait la tâche ? L’objectif étant également de réduire les biais humains trop souvent à l’œuvre en matière de recrutement.

 

Pourquoi le recours aux jeux vidéo enrichit les processus de recrutement

Même s’il n’est pas question de « disparition » du CV [1] à proprement parler, le cognitive gaming – tel que le développe la start-up Goshaba par exemple – offre des avantages aux recruteurs dans l’étape de sélection initiale des candidats. Lesquels ? Et qu’est-ce qu’un cognitive game ?

Contrairement aux serious games dans lesquels les postulants sont mis en situation dans l’environnement de l’entreprise qui recrute, avec un certain nombre de missions à réaliser, les cognitive games combinent des questions sur les expériences préalables des candidats, des tests gamifiés et des jeux vidéo nourris d’expertise en sciences cognitives. Objectif, entre autres : évaluer leur capacité à réagir à différents types de situations, dans une perspective d’adaptabilité professionnelle. Ou bien révéler des soft skills telles que l’empathie, la gestion du stress, la capacité d’apprendre à apprendre, etc.

>> Besoin de mieux résister à la pression ? Découvrez notre formation Gestion du stress

L’usage de ce type de jeux vidéo permet d’éviter la plupart des biais cognitifs à l’œuvre dans les processus de recrutement. Là où les candidats projettent la réponse attendue dans le cadre de questionnaires classiques – et la formulent -, les cognitive games ne laissent pas envisager de « bonnes réponses ». Un exemple avec l’empathie : pour déterminer si les candidats sont capables de la mobiliser, des visages adoptant différentes expressions leur sont présentés dans un jeu. Ils doivent alors les identifier précisément. L’adéquation des réponses est mesurée ainsi que leur temps de réaction. Les postulants attentifs aux autres et sensibles à leur bien-être « apparaissent » naturellement.

« Ainsi, les entreprises sont en mesure de découvrir le vrai potentiel des candidats, indique le cofondateur de Goshaba, Djamil Kemal ».

 

La rencontre des jeux vidéo et des soft skills s’avère prometteuse à plusieurs titres

Ces cognitive games résultent du croisement de trois types d’expertises : sciences cognitives (Harvard, Collège de France, New York University), jeux vidéo (Disney, Ubisoft, Vivendi Games), big data (lauréat du Concours Mondial d’Innovation). Si Goshaba fournit une solution technologique, la start-up accompagne également ses clients dans l’élaboration d’un parcours d’évaluation destiné à identifier les traits saillants de la personnalité des candidats. Cela suppose un travail en amont, de la part de l’entreprise (et avec elle) sur le type de profils recherchés selon les postes. L’idée est également de faire émerger le « feed culturel » entre les postulants et l’entreprise.

D’autres domaines RH recourent déjà largement aux jeux vidéo. En formation, la start-up Lab Venture Games part de ceux-ci pour concevoir des modules de formation permettant de révéler les soft skills des apprenants. Il s’agit d’inviter les joueurs à adopter une nouvelle attitude et à réfléchir différemment, en sortant du cadre de l’entreprise ou de la formation. Si aucune demande ou incitation formelle n’est effectuée, c’est bien le seul moyen de progresser dans le jeu. Les apprenants mobilisent donc – et/ou développent – ces compétences sans chercher à le faire.

Concluons sur les cognitive games et leur intégration aux processus de recrutement : cela s’inscrit dans une tendance plus globale d’évaluation opérationnelle des candidats au regard de leurs compétences – hard et soft skills. Un jeu à suivre durant quelques mois ou années pour en attester, ou non, l’aspect fonctionnel.

 

[1] Déjà envisagée au profit des entretiens vidéo de recrutement notamment, la « disparition » du CV est loin d’avoir été actée en France. Cependant, des organismes comme Pôle Emploi expérimentent actuellement le recrutement sans CV. Pour leur part, les entreprises qui utilisent les jeux vidéo Gosahba s’appuient également sur le CV des candidats, à un autre stade.
docendi

Author: docendi

Organisme de formation certifié OPQF, docendi propose, depuis sa création en 2000, une formule pédagogique multimodale novatrice alliant présentiel et accompagnement digital avant et après formation.
Cette pédagogie interactive et personnalisée est particulièrement efficiente pour le développement des soft skills : management, développement de soi, communication interpersonnelle et efficacité professionnelle.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Merci, vous êtres bien inscrit à la Neswletter de docendi