Le Blog des Soft Skills

Enrichir ses compétences humaines, émotionnelles et cognitives

Pratique du feedback en France : les résultats du 1er baromètre annuel

Ça bouge !

20 septembre 2019

La culture du feedback monte en puissance en France, comme en témoignent diverses études portant sur le management ou la motivation des salariés. Quid d’une enquête portant EXCLUSIVEMENT sur la pratique du feedback en entreprise, dans l’enseignement ou la sphère privée ? Voici, en exclusivité, les résultats du 1er baromètre annuel dédié [1] proposé par le cabinet MoreHuman Partners [2]

 

1er constat : 81 % des sondés aimeraient recevoir davantage de feedback dans le contexte professionnel

Dans le détail, 61 % des répondants désirent recevoir davantage de feedback positif et 48%, davantage de retours correctifs. Rappelons que le feedback, en général, vise à nourrir les pratiques et relations professionnelles de façon constructive. Dans son versant positif, il permet de renforcer ou développer de (bonnes) attitudes et compétences dont les collaborateurs n’auraient pas pleinement conscience. Avec son versant correctif, l’objectif est de rectifier « ce qui ne va pas » en suggérant des axes d’amélioration.

Autre élément intéressant, souligné par le président-fondateur du cabinet MoreHuman Partners, Stéphane Moriou : « Le professeur ou le manager ne sont plus les seuls à pouvoir nous faire grandir. Notre voisin, notre collègue, jouent aussi ce rôle. [En parallèle, dans] un monde qui s’est complexifié et accéléré, nous avons besoin de retrouver nos repères grâce à notre entourage ». Ce 1er baromètre mesure donc le feedback dans la sphère privée. Or, si 50 % des sondés souhaitent « davantage de feedback positif » à la maison, ils ne sont que 22 % pour le feedback correctif. 26 % des répondants estiment d’ailleurs en recevoir trop !

 

2e constat : 65 % des répondants donnent facilement du feedback – positif ou correctif – en entreprise

Au-delà de cette donnée brute, la fréquence à laquelle les sondés déclarent délivrer leur feedback s’avère intéressante. Ainsi, 49 % donnent du feedback positif « plusieurs fois par semaine » et 18 %, « plusieurs fois par jour ». Quant aux retours correctifs, ils sont délivrés « plusieurs fois par semaine » par 33 % des personnes interrogées. Notez qu’à la maison, elles sont 48 % à le faire !

Comment expliquer un tel paradoxe ? D’un côté, des feedback émis régulièrement et avec facilité ; de l’autre, le sentiment de ne pas en recevoir suffisamment.

Cette différence de perception traduit une difficulté à transmettre de manière efficace ce type de retour et à ce qu’il soit reçu tel qu’on le souhaite. Pour avoir de l’impact, le feedback doit se baser sur des éléments factuels et être animé par un état d’esprit constructif (notamment s’il a une portée corrective). Pour le délivrer, il est important de choisir le moment adéquat, de bien connaître son interlocuteur et d’être à son écoute ; le feedback comporte en effet une dimension émotionnelle et psychologique non négligeable.

 

3e constat : peu de feedback permettant de se développer lors des études supérieures !

Ce résultat illustre une différence d’acculturation aux pratiques de feedback entre la France et les pays anglo-saxons. Quand le feedback fait partie intégrante du cursus universitaire aux Etats-Unis, 34 % des répondants français signalent que ce type de retour leur a été donné durant leurs études « par 2 ou 3 personnes » et 27 %, par 0 à 1 personne [3] !

Pour conclure, 95 % des sondés estiment que le fait d’apprendre à mieux donner et recevoir du feedback leur permettrait de s’épanouir davantage [4] (champs professionnel/personnel/études supérieures). Un OUI massif au développement d’une culture du feedback qui nous engage tous, en notre qualité de donneurs et de receveurs !

 

[1] Sondage en ligne réalisé d’avril à juin 2019 auprès d’un panel de 1237 personnes, représentatif de la population française.
[2] MoreHuman Partners est un cabinet de conseil en management spécialisé dans la révélation des talents organisationnels et individuels. Son dirigeant-fondateur, Stéphane Moriou, est l’un des 10 spécialistes mondiaux de la culture du feedback. Auparavant, il a notamment présidé Manpower Nouvelles Compétences devenu FuturSkill®.
[3] Durant leurs études, 26 % des répondants ont reçu du feedback utile via 4 ou 5 personnes, 8 %, par 6 à 10 personnes et 4 %, par plus de 10 personnes.
[4] Seuls 5 % des sondés se déclarent sans opinion sur ce point.
docendi

Author: docendi

Organisme de formation certifié OPQF, docendi propose, depuis sa création en 2000, une formule pédagogique multimodale novatrice alliant présentiel et accompagnement digital avant et après formation.
Cette pédagogie interactive et personnalisée est particulièrement efficiente pour le développement des soft skills : management, développement de soi, communication interpersonnelle et efficacité professionnelle.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Merci, vous êtres bien inscrit à la Neswletter de docendi