Le Blog des Soft Skills

Enrichir ses compétences humaines, émotionnelles et cognitives

En période de crise sanitaire, favorisons la proximité grâce aux soft skills

Paroles d'Experts

20 mars 2020

A propos de l'auteur : Anne Ambrosini

Nous évoluons dans un contexte VICA – Volatil, Incertain, Complexe, Ambigu. Cela impacte à des degrés divers la stratégie des entreprises, l’organisation du travail et la construction de nos parcours professionnels. Jusqu’à présent toutefois, cet acronyme semblait à la fois omniprésent et impalpable. La crise sanitaire inédite que nous traversons le matérialise de façon saisissante ! Comment agir au mieux de notre intérêt individuel et de celui de nos organisations ? Comment renforcer la cohésion de nos collectifs ? Faut-il redéfinir certaines priorités ? Les soft skills, véritable credo chez CSP-docendi, structurent selon moi cette nécessité.

 

Dans ce contexte de crise sanitaire, apprenons à « accueillir » nos émotions

Comment réagissons-nous face à l’incertitude ? Comment pouvons-nous continuer à produire, avancer, innover, alors même qu’un grand nombre de nos repères s’évanouissent ?

L’incertitude est un facteur majeur de stress. Chacun analyse la situation et les risques au vu de son appréciation des ressources qu’il peut mobiliser pour y faire face.

Alors que nous subissons tous le confinement, celui-ci induit un niveau de stress très différent chez une personne en famille, dans une maison individuelle avec jardin et sans enfants en bas âge (par exemple) ou chez une personne seule, avec de jeunes enfants dans un appartement exigu. Néanmoins, quel que soit le type d’environnement, le manque d’informations et/ou leur évolution constante génèrent un sentiment d’impuissance. Nous développons alors des réactions parfois inadaptées à la situation, en raison de l’impossibilité de se la « représenter ». Notre proactivité peut s’effondrer (baisse de la motivation), un afflux d’émotions négatives risque de nous submerger – frustration, colère, tristesse, angoisse.

S’y ajoute l’inquiétude face aux conséquences humaines et économiques de cette crise sanitaire. Ces chocs émotionnels sont susceptibles d’altérer nos « réponses » en situation d’adversité. D’où l’importance de savoir reconnaître son état émotionnel et d’admettre que ces fluctuations sont « attendues ». Fort heureusement, nous disposons de moyens d’accès à nos émotions : le corps, les paroles, la pensée et l’action. Comme le souligne Thierry Paulmier, fondateur du modèle anthropologique de l’Homo Emoticus, ces vecteurs constituent également des leviers d’action que nous pouvons apprendre à utiliser en cette période extra-ordinaire au sens premier du terme.

 

La distanciation sociale physique (car nous n’avons jamais été aussi proches de nos familles et collègues !) rend primordiale la qualité des relations humaines

En ce mois de mars 2020, tous les salariés français qui en ont la possibilité matérielle sont en télétravail. Finis les échanges informels à la machine à café ! Nous avons majoritairement dû déserter notre lieu de travail au profit de notre lieu de vie, d’où nous exerçons notre activité professionnelle.

Éloignés les uns des autres, nous constituons plus que jamais un collectif. Mais la dynamique de ce « système », sa cohésion sont un vrai sujet de préoccupation. D’où l’importance pour les managers d’adopter les bonnes pratiques du management à distance.

Dans ce contexte, l’écoute s’avère indispensable. Une écoute qui s’envisage en deux dimensions : nourrir les besoins essentiels (notre propre santé, celle de nos proches, celle de nos collaborateurs ou collègues) et déterminer les besoins prioritaires des collaborateurs pour les aider à maintenir leur liens et leur sentiment d’efficacité professionnelle.

La Communication joue donc un rôle clé. Des webconférences suivies de questions-réponses régulières avec l’ensemble des collaborateurs sont particulièrement appréciées. La Créativité et les élans de solidarités affluent ! Ils nous permettent de sortir du cadre habituel pour nous réinventer, dans les modes de travail et/ou les solutions à apporter à plus ou moins brève échéance. Autre compétence pleinement sollicitée, la Collaboration à distance : les moments connectés étant idéalement plus courts (pour maintenir l’attention des participants), des rituels d’échanges très réguliers peuvent être instaurés en contrepartie. Ce type de moments mérite selon moi une attention particulière, qu’ils concernent un manager et son équipe, plusieurs équipes entre elles ou des managers, dans une approche de co-développement. Quant à la Pensée Critique, elle nous évite de sur-réagir face à trop d’informations dissonantes et de privilégier une analyse à tête reposée. 4C donc, 4 compétences soft skills clés en situation de crise sanitaire d’une ampleur inédite.

 

Se former durant cette période si particulière ?

Les mesures de confinement de la population bouleversent les modalités de formation accessibles aux apprenants, pour un temps à durée indéterminée. Faut-il pour autant se jeter dans la « transformation à tout va » de parcours blended en parcours 100 % à distance ?

Je ne doute pas de l’efficacité des modalités de formation distancielles, moyennant une re-ingénierie pédagogique. Néanmoins, il me semble qu’avant ce stade de transformation, il convient d’abord d’écouter nos clients. Ce qui était important il y a quelques jours encore pour les responsables formation et/ou les personnes s’inscrivant à une session, l’est-il toujours ? Les thématiques ont peut-être évolué. Nous devons être à l’écoute des changements potentiels dans les attentes et besoins. Quel format s’avère pertinent pour un apprenant en télétravail et confiné ? Quelle est sa disponibilité d’esprit ? Il n’est pas du tout certain qu’une modalité distancielle conçue pour un contexte classique d’utilisation soit adaptée à la situation dans laquelle nous baignons. Attention donc à ne pas se montrer réactif ou proactif à tout prix, au risque d’éluder la question de l’impact d’un événement potentiellement traumatisant (ou a minima, perturbant), sur les désirs et capacités d’apprentissage.

Dans ce contexte, je suggère de prendre le temps. Mettons à profit ces minutes, ces heures retrouvées – suppression des trajets domicile-travail, réunions à distance plus courtes que les réunions in situ – pour faire preuve de recul et « préparer » au mieux nos décisions.

 

Nous allons beaucoup apprendre de cette situation inédite dont nous sortirons tous différents. L’heure est au respect du confinement, à la proximité à distance de nos proches et de nos équipes. RESTONS CHEZ NOUS et entraînons ces compétences clés essentielles comme un muscle. Maintenons le dialogue pour construire des plans de développement des compétences renouvelés et encore plus efficients.

A propos de l'auteur : Anne Ambrosini

Author: A propos de l’auteur : Anne Ambrosini

Directrice Production et Innovation pédagogique de CSP docendi, Anne Ambrosini y déploie son expertise en matière de stratégie pédagogique, dispositifs blended et innovation. Sa mission ? Proposer la meilleure formule de développement des soft skills, à destination du plus grand nombre. Animée d’une conviction – le développement d’un environnement personnel d’apprentissage et l’accompagnement transforment individus et équipes en « serial learners », pour atteindre les objectifs visés -, elle s’attache à co-construire le design des dispositifs avec les experts, clients et pédagogues.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Merci, vous êtres bien inscrit à la Neswletter de docendi