Le Blog des Soft Skills

Enrichir ses compétences humaines, émotionnelles et cognitives

Match homme machine : les soft skills, à la rescousse des salariés ?

Ça bouge !

13 novembre 2018

D’ici 2022, les travailleurs devront se doter de nouvelles compétences s’ils veulent saisir les opportunités professionnelles offertes par l’avènement des nouvelles technologies dans le monde de l’emploi. Une étude du Forum économique mondial rapporte que plus de la moitié de la population active devrait se former pour parer aux bouleversements technologiques à venir.

 

Une nouvelle ère et de nouvelles opportunités professionnelles

L’automatisation, les algorithmes, le big data et l’intelligence artificielle transforment le monde du travail. Cette mutation est amenée à s’intensifier d’après une étude du Forum économique mondial (WEF) dévoilée en septembre 2018 [1]. En effet, les entreprises vont accélérer l’adoption de nouvelles technologies d’ici 2022. Le rapport nous apprend notamment, qu’au cours de cette courte période, les employeurs des services financiers pourraient même annoncer l’arrivée de robots humanoïdes au sein de leur fonction. Nul doute, l’homme apparaît de plus en plus en compétition avec la machine qui pourrait provoquer la destruction de 75 millions d’emplois en l’espace de quatre ans.

Mais l’homme serait-il évincé à terme du marché du travail pour autant ? Ce scénario n’est pas retenu par l’enquête qui table parallèlement sur la création de 133 millions d’emplois. Le nouveau contexte professionnel nécessiterait de nouveaux métiers pour répondre aux enjeux inédits portés par les nouvelles technologies. Nous assisterions à une croissance des professions émergentes de 16 à 27 %, et ce, dans tous les secteurs. Conséquence : pour s’adapter au marché du travail, 54 % de la population active aurait la nécessité de suivre des formations :

  • d’une durée pouvant aller jusqu’à six mois (35 %) ;
  • de six mois à un an (9 %) ;
  • au-delà d’un an (10 %).

 

Les soft skills gagnent de la valeur d’ici 2022

Se former aux nouvelles technologies paraît essentiel. Cependant, parmi les compétences phare « qui continuent de gagner de l’importance d’ici 2022, on compte la pensée analytique et l’innovation, ainsi que l’apprentissage actif et les stratégies d’apprentissage », peut-on lire. A noter que la créativité, la pensée critique, le souci du détail, la résilience, la capacité à résoudre des problèmes complexes ou encore l’influence sociale font partie des soft skills amenées à prendre de la valeur.

L’enquête montre cependant que si les employeurs sont prêts à former leurs collaborateurs, 54 % d’entre eux envisagent de privilégier les salariés occupant déjà des postes clés au sein de leurs organisations.  33 % des employeurs comptent axer leur politique de formation en faveur des salariés dont les métiers sont le plus à risque, c’est-à-dire susceptibles d’être affectés par les bouleversements technologiques. La mise en place de politiques gouvernementales favorables pourrait aussi accentuer le mouvement.

D’un point de vue international, ce sont aussi les salariés français qui auraient le plus besoin d’être formés face à l’avènement des nouvelles technologies. Pour se doter des compétences nécessaires, ils auraient besoin de 105 jours de formation contre 83 pour les travailleurs suisses qui occupent la meilleure place du classement.

 

[1] Enquête réalisée auprès de dirigeants de grandes entreprises représentant au total 15 millions d’emplois dans une vingtaine de pays.
docendi

Author: docendi

Organisme de formation certifié OPQF, docendi propose, depuis sa création en 2000, une formule pédagogique multimodale novatrice alliant présentiel et accompagnement digital avant et après formation.
Cette pédagogie interactive et personnalisée est particulièrement efficiente pour le développement des soft skills : management, développement de soi, communication interpersonnelle et efficacité professionnelle.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Merci, vous êtres bien inscrit à la Neswletter de docendi