Le Blog des Soft Skills

Enrichir ses compétences humaines, émotionnelles et cognitives

Efficacité professionnelle : les secrets des Techniques d’Optimisation du Potentiel

Paroles d'Experts

26 juin 2018

Depuis 1991, les Techniques d’Optimisation du Potentiel® (TOP) sont devenues incontournables dans l’armée et chez les sportifs de haut niveau. Pourquoi cette « boîte à outils » de stratégies mentales a-t-elle ensuite investi le champ professionnel, tous secteurs d’activités confondus ? Réponses avec leur fondatrice, le Dr Édith Perreaut-Pierre, qui aide les entreprises et leurs collaborateurs à mobiliser au mieux leurs ressources physiologiques, émotionnelles, cognitives et comportementales.

 

Désormais coach et formatrice [1], vous avez élaboré les Techniques d’Optimisation du Potentiel® lorsque vous étiez médecin militaire. Quel était votre objectif ?

J’étais médecin des armées, médecin du sport. À ce titre j’assurais la préparation mentale des sportifs de haut niveau faisant leur service militaire, entre autres. À cette époque, le chef de corps m’a demandé de développer une formation spécifique pour gérer le stress opérationnel, suite aux propositions de l’armée de terre en matière de gestion du stress et à l’intérêt de l’armée de l’air. Deux objectifs étaient poursuivis :

Au départ, j’ai employé des existantes qui ont déjà fait leurs preuves. Très vite, j’ai constaté qu’elles ne répondaient pas aux attentes des populations visées. J’ai donc élaboré une « boîte à outils » originale, inspirée de ces méthodes initiales et revisitée à l’aune des expériences positives et négatives qu’elles avaient générées.

Si les Techniques d’Optimisation du Potentiel® relèvent bien de la préparation mentale, elles ont un ADN plus pédagogique et « préventif » et s’inscrivent dans une approche globale de la personne.

 

Vous avez développé les TOP dans un contexte très spécifique or elles intéressent désormais la plupart des milieux professionnels. La complexité s’est-elle diffusée dans toutes les strates de la société ?

L’armée offre une bonne représentation de la population. La variété y est grande en termes de métiers, de personnalités et sur le plan hiérarchique. D’autre part, quel que soit son secteur d’activités aujourd’hui et même sa fonction, chacun est effectivement amené à gérer des situations complexes.

Dans les demandes des entreprises, deux grands facteurs de contre-performances ressortent : le stress et la fatigue. Ajoutons les problématiques de motivation et d’engagement ou de préparation à des projets spécifiques. Les TOP vont proposer des outils faciles à appréhender qui accélèrent l’adaptation aux exigences de la situation. C’est le point essentiel.

À ce titre, elles peuvent améliorer la communication, la gestion des conflits ou encore développer les synergies entre les équipes.

 

Stress, motivation, gestion de la fatigue / récupération : ces trois thématiques sont-elles liées ?

Tout-à-fait. Elles sont totalement imbriquées.

L’idée générale est d’apprendre à mieux se connaître pour mobiliser ses ressources psycho-cognitives, physiologiques et comportementales pleinement, dans l’objectif de gérer sa charge de travail et d’atteindre ses objectifs. Plus précisément, il s’agit d’apprendre :

  • à optimiser sa récupération physique et mentale en gérant ses rythmes activité / repos, en prenant en compte ses rythmes chronobiologiques, pour prévenir et gérer la fatigue ;
  • à se motiver ou à se remotiver ;
  • à réguler son niveau d’énergie en fonction de ses besoins et objectifs et des contraintes externes pour préserver sa santé sur le long-terme et ainsi, être en mesure d’accélérer son adaptation [2] aux situations nouvelles, complexes ou stressantes.

Cela passe par un travail sur les axes d’actions suivants:

  • la récupération ;
  • la dynamisation ;
  • la régulation pour agir en zone d’activation optimale.

Les TOP vont nourrir ces trois axes via des procédés tels que la respiration, la relaxation, l’imagerie mentale [3] et le dialogue interne.

 

Pourriez-vous nous donner des exemples de techniques respiratoires, de relaxation ou d’imagerie mentale utilisées dans ces trois axes d’action ?

La respiration contrôlée – ou « conscientisée » – permet aussi bien l’apaisement que la dynamisation ou la prise en compte des émotions. La respiration est un processus volontaire et involontaire dont on peut modifier la vitesse ou la profondeur. Une respiration lente et régulière active le système nerveux parasympathique et permet de réguler la fréquence cardiaque quand une respiration rapide et superficielle active le système nerveux sympathique qui met l’organisme en alerte.

Pour s’apaiser, on privilégiera une respiration relaxante, abdominale et lente ou complète en allongeant l’expiration.

Un processus de dynamisation visant à se motiver ou se remotiver intégrera des techniques d’imagerie mentale d’anticipation positive. La Projection Mentale de la Réussite en fait partie. Il s’agit d’aborder les situations de façon positive en anticipant une action parfaitement réalisée, à plus ou moins longue échéance. La confiance en soi est ainsi renforcée. On imagine également les étapes intermédiaires réussies, ce qui facilite l’atteinte de l’objectif ultime.

Les protocoles de Régulation du Niveau d’Activation concernent, eux, la gestion du stress et sont particulièrement adaptés à des périodes d’activité statique prolongée. Il s’agit de se maintenir dans un état optimal de performance malgré des temps morts ou des moments d’action peu intense. Pour échapper à l’hyper-stress ou à son contraire, on effectue des exercices musculaires de décontraction ou d’étirement, associés à un travail d’imagerie mentale.

 

L’efficacité des TOP connaît-elle des limites ?

Les Techniques d’Optimisation du Potentiel® ne sont pas magiques ! Elles reposent sur le volontariat.

Mieux vaut également aider le ou les stagiaires à définir un projet global – pourquoi font-ils cette démarche ? – mais aussi, des objectifs pour chaque séance. Exemple : préparer une présentation orale donne du sens à l’acquisition de la technique de Préparation Mentale à la Réussite.

Certains procédés comportent en outre des contre-indications. La relaxation notamment permet d’accéder aux souvenirs, lesquels peuvent générer des débordements émotionnels. Elle induit également un relâchement musculaire et une hypovigilance : la pratiquer avant une activité nécessitant un haut niveau d’attention ou de tonus musculaire est contre-indiqué !

 

In fine, les Techniques d’Optimisation du Potentiel® permettent-elles à chacun de recourir à cette « boîte à outils » de façon autonome ?

C’est leur objectif principal ! L’avantage de ces procédés et stratégies mentales est qu’après avoir été assimilés, leur mise en pratique dure de quelques secondes à dix minutes maximum. En fonction des événements de sa vie et des situations, on utilisera une technique certains jours, une autre les jours suivants. Certaines d’entre elles peuvent être réalisées quotidiennement pour maximiser son potentiel et son bien-être. Car il s’agit à la fois de maximiser la performance opérationnelle dans son activité et toutes les actions qui permettent de bien vivre.

Ces techniques sont très simples : cela garantit leur compréhension et leur usage en situation de travail. Elles sont également personnalisées, tenant compte de l’activité réalisée (rédaction d’un projet ou animation d’une réunion par exemple) et des aptitudes du collaborateur (imagerie mentale visuelle ou via le canal auditif ou kinesthésique, selon les cas). Elles sont enfin utilisables en tous lieux et dans toutes les circonstances, le but étant de pouvoir les mobiliser rapidement.

Les Techniques d’Optimisation du Potentiel® permettent de rester motivé et performant de façon durable, tout en préservant sa santé. Leur intérêt est majeur pour les collaborateurs comme pour les entreprises.

 

[1] Édith Perreaut-Pierre est formatrice et coach au sein du cabinet de conseil en management et ressources humaines Coévolution. Elle est notamment l’auteure de Comprendre et pratiquer les techniques d’optimisation du potentiel  (Dunod, 2e édition).
[2] Selon l’auteur de la première monographie scientifique portant sur le stress, le Dr Hans Selye, « gérer le stress, c’est s’adapter et s’adapter, c’est changer ».
[3] Le rôle de l’imagerie mentale est connu depuis l’Antiquité. Aristote l’explique dans son traité De l’âme : « Même quand on pense spéculativement, on doit avoir une image mentale avec laquelle penser » ; « l’âme ne pense jamais sans une image mentale ».
A propos d'Edith Perreaut-Pierre

Author: A propos d’Edith Perreaut-Pierre

Docteur en médecine, Édith Perreaut-Pierre a créé les Techniques d’Optimisation du Potentiel® (TOP) en 1991 à la demande des armées.
Formatrice et coach ANC (approche neuro-cognitive) au sein du cabinet de conseil en management et en ressources humaines Coévolution, elle est également hypno-thérapeute et sophrologue.
Edith Perreaut-Pierre est l’auteure de “Comprendre et pratiquer les techniques d’optimisation du potentiel” (Dunod, 2e édition), “La gestion mentale du stress pour la performance sportive” et “Sophrologie et performance sportive” (éditions Amphora).

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

Merci, vous êtres bien inscrit à la Neswletter de docendi